Atelier de démarrage du PCIC 2017-2021 au Sénégal

Actualité du 28 Novembre 2017

   ImprimerImprimer   

C'est du 11 au 14 septembre derniers que s'est tenue, à Molenbeek-Saint-Jean, la plateforme de démarrage du Programme de CIC au Sénégal, réunissant les 4 partenariats concernés[1].

 

L’enjeu principal au Sénégal est de renforcer le dispositif de coordination qui avait été expérimenté durant une année lors de la phase de programmation précédente (2014-2016). Par rapport à la taille du pays et le nombre de partenariats, il avait été opté pour une coordination "pays", chargée d’animer et d’appuyer le réseau des 4 communes sénégalaises, dont deux étaient nouvelles dans le Programme de CIC. Cette mission a été remplie à la satisfaction générale des communes, tant sénégalaises que belges, par le coordinateur, M. Mamadou Sene, désormais retraité.

 

Lors de la plateforme de démarrage, les Associations de villes et communes ont ainsi défini les missions et compétences attendues pour le nouveau coordinateur pays et précisé quelles seront les activités qu’il devrait piloter lui-même ou coordonner entre les partenaires locaux. Dans la continuité du programme précédent, les partenariats s’appuieront sur deux à trois rencontres annuelles, les plateformes Sud, qui constituent un espace d’échange, de concertation et de réalisation de certaines de ces activités.

 

Et c’est ici l’autre enjeu de cette nouvelle phase de programmation: mettre en place les conditions minimales pour que prenne la sauce d’une plus grande mutualisation des actions. Tout cela dans un contexte de réduction budgétaire. Un chef d’orchestre, des musiciens, un espace musical, voilà déjà trois éléments clés, encore faut-il que tous jouent la même partition, et c’est certainement là le plus grand défi à venir!

 

Soulignons encore que le rôle de cette coordinations pays dépasse le cadre strict d’animation du réseau communal ou de suivi de la mise en œuvre des plans opérationnels. Avec la nouvelle réforme de la coopération au développement et les nouveaux processus mis en place qui se traduisent - rappelons-le, d’une part par davantage de travail en réseau avec les autres acteurs belges de la coopération indirecte et, d’autre part, des moments d’échange et de concertation avec les représentants locaux de la Coopération bilatérale belge dans les pays partenaires - les organisations ont idéalement besoin de disposer d’une personne qui les représente localement. Si la plupart des grandes ONG et d’autres acteurs institutionnels disposent de coopérants, rémunérés sur le terrain, ce n’est pas du tout le cas de notre coopération communale, qui repose sur les élus et le personnel des communes en partenariat.

 

Le dispositif de coordination au Sud vient en quelque sorte combler ce vide, comme nous avons pu l’expérimenter au Sénégal en 2015-2016 où notre coordinateur pays a pris une part active dans l’élaboration du volet "gouvernance" de l’analyse contextuelle commune, à la plus grande satisfaction de la Coopération belge au développement et de toutes les organisations – ACNG et AI - participantes. Il s’agit là clairement d’un nouveau rôle endossé par le dispositif de coordination pays dans le cadre de la nouvelle phase du Programme de CIC.


Et maintenant?

 

Il reste maintenant aux partenaires à peaufiner leurs planifications et analyses, notamment budgétaires, afin d’être prêts à démarrer leurs activités le plus rapidement possible.

 

Les autorités locales partenaires devront également confirmer administrativement le fonctionnement des plateformes et leur adhésion aux dispositifs de coordination. Mais au vu de l’approbation générale dégagée lors des travaux, il n’est à point douter que cette étape ne sera qu’une formalité. Les plateformes ont atteint leurs objectifs stratégiques et opérationnels dans un climat positif, constructif et toujours orienté solutions. Toutes les cartes sont dorénavant sur la table pour faire de ce nouveau Programme une belle réussite.


Pour plus d’informations sur le Programme de CIC

 


[1] Anderlecht/Sédhiou, Berchem-Sainte-Agathe/Grand Dakar, Hastière/Léona et Molenbeek-Saint-Jean/Mbour. 

Renseignements: Frank Willemans

Facebook Twitter Google Plus Linkedin
 
Ce document, imprimé le 14-12-2017, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/plan-du-site/disclaimer.cfm
© Union des Villes et Communes de Wallonie asbl
Contact  | Liens utiles  |  Vie privée & cookies  |     ©   2017 Union des Villes et Communes de Wallonie asbl