40 ans d’action sociale en Wallonie
Une campagne des CPAS wallons pour démonter les préjugés et ramener à la réalité

Actualité du 12 Décembre 2016

   ImprimerImprimer   

Ce lundi à Namur, La Fédération des CPAS de Wallonie a présenté une campagne médiatique grand public destinée à démonter les préjugés envers les bénéficiaires de l’action sociale et à éclairer les Wallonnes et Wallons quant à leurs droits sociaux, encore trop fréquemment méconnus ou non exercés.

Cette campagne s’inscrit dans la continuité des actions menées en 2016 par la Fédération des CPAS en lien avec les 40 ans d’existence des CPAS belges.


Des préjugés vivaces, des réalités méconnues

« Il faut bien l’avouer, les CPAS ne font pas rêver. Cet acronyme fait même peur à certains, car il renvoie à des situations pénibles, humainement difficiles à vivre, parfois à la limite de la  dignité. Derrière ces 4 lettres se cachent une institution et des réalités sociales tantôt méconnues, détestées ou caricaturées, mais en tous cas rarement bien appréhendées », pose d’emblée Luc VANDORMAEL.

Qui poursuit l’affligeant constat : « Autour des CPAS planent encore trop de représentations négatives sur les personnes bénéficiaires des aides. Ces perceptions ou fantasmes renforcent durement le mépris et le discrédit ambiants. Elles ont pour effet de monter les gens les uns contre les autres et ternissent le travail de 1ère ligne mené par les acteurs du CPAS au quotidien, dans la discrétion, par obligation et respect des personnes qu’ils accompagnent ».

Une campagne grand public

« C’est précisément avec l’espoir de briser cette stigmatisation, déconstruire les préjugés et renforcer l’information du grand public sur les droits sociaux que la Fédération des CPAS de Wallonie lance, ce lundi même, une campagne d’information et de sensibilisation vers l’ensemble des citoyens wallons, en particulier les 25-45 ans », annonce Mr VANDORMAEL. Elle oscille entre préjugés et réalités et ambitionne de déborder au-delà des personnes qui gravitent dans la sphère de l’action sociale.

La campagne, déclinée en 3 spots audio et vidéo, sera diffusée dès ce 12 décembre sur Radio Contact, ensuite sur les télés locales de Wallonie, selon une programmation laissée à leur libre choix. « Nous espérons vivement qu’elle trouvera un large prolongement viral sur les réseaux sociaux, afin qu’un maximum de gens se saisissent du message et le partagent», souhaite le Président de la Fédération des CPAS du Sud du pays.

« Cette campagne se veut volontairement provocatrice, humoristique et décalée. Elle met en scène, dans des fictions réalistes, 3 idées reçues parmi beaucoup d’autres. Le but est de susciter à tout le moins un questionnement et, osons le souhaiter, une réflexion, voire une prise de conscience sur l’absurdité et l’énormité des préjugés en circulation. Car les idées simplistes ont décidément la vie dure », explique encore Luc VANDORMAEL.

Derrière le son et l’image, un message de fond

L’idée reçue, mise en scène de manière outrancière et provocatrice, offre une occasion d’interpeller l’auditeur, spectateur ou internaute et de distiller de l’information sur les missions légales des CPAS et les soutiens qu’ils peuvent apporter:

  • Le CPAS assure à toute personne le droit à l’aide sociale afin de mener une vie conforme à la dignité humaine. Il est un instrument de solidarité publique essentiel à la dignité ;
  • Le CPAS, institution publique autonome, présente dans chaque commune du Royaume, dispense de nombreux services pour le mieux-être de tous les citoyens ;
  • Le CPAS assure le droit à l’intégration sociale. Il est un tremplin vers l’emploi, l’insertion sociale, la formation, les études. Il aide chacun à trouver une place dans la société.

La réalité sociale, sans fard et en chiffres

En collision frontale avec les préjugés, la Fédération des CPAS de Wallonie a tenu à mettre en exergue la réalité sociale objective vécue par les CPAS et leurs bénéficiaires. Les chiffres communiqués émanent des organismes les plus officiels et ne souffrent aucune contestation. Ils montrent l’ampleur du fossé qui sépare la perception de l’homme de la rue et les situations concrètes vécues au quotidien.

« On y apprend ainsi qu’en Belgique, 2,336 millions de personnes sont exposées à un risque de pauvreté ou d’exclusion sociale. Soit une personne sur cinq. Que 90.309 personnes ne recourent pas à leur droit au revenu d’intégration par manque d’information. Qu’en Wallonie, sur les 48.509 bénéficiaires du Revenu d’Intégration en janvier 2014, 40,7% étaient impliqués dans une forme active d’insertion, soit près de 20.000 personnes au travail, aux études ou en formation. Que le taux de fraude sociale est de 4,59 %, bien loin du mythe trop souvent véhiculé », détaille LUC VANDORMAEL.

Changer de perspective, chausser d’autres lunettes

Et le Président de la Fédération de conclure sur une note résolument optimiste et volontariste: « En ces temps difficiles, où les trajectoires individuelles en souffrance finissent par opposer les besoins des uns par rapport aux besoins des autres, il s’avère indispensable de changer de perspective ; de considérer la situation sous un autre angle ».

La campagne ambitionne de modifier les perceptions sur les personnes qui sollicitent une aide, le temps de reprendre une place dans la société. Elle vise à montrer que le CPAS est un instrument de solidarité publique qui œuvre pour la dignité. Et au quotidien, œuvrer pour la dignité, ce n’est pas rien ! Cela requiert un engagement profond de la part de tous les travailleurs et mandataires. Elle invite à être curieux, à pousser la porte des CPAS pour voir comment ils agissent concrètement pour l’ensemble des citoyens ».

Alors, et ainsi seulement, il devient possible d’envisager les coûts engendrés par l’action sociale non plus comme une dépense à fonds perdus, mais comme un investissement dans le capital humain de notre société ».

» Découvrez les différents spots de la campagne sur www.cpasavenir.be

Facebook Twitter Google Plus Linkedin
 
Ce document, imprimé le 26-05-2017, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/plan-du-site/disclaimer.cfm
© Union des Villes et Communes de Wallonie asbl
Contact  | Liens utiles  |  Vie privée & cookies  |     ©   2017 Union des Villes et Communes de Wallonie asbl