Holding communal : à trop tirer sur la corde…

Actualité du 26 Octobre 2011

   ImprimerImprimer   

L’accord intervenu ce week-end entre l’Etat fédéral, les Régions et Dexia BB, s'il permet d’éviter la faillite pure et simple du Holding communal, ne donne aucune perspective financière positive aux pouvoirs locaux. Si la dissolution laisse espérer une meilleure ‘vente’ des actifs, ce sera essentiellement au bénéfice des intervenants à l’accord, mais pas des communes.

L'Union des Villes et Communes de Wallonie le déplore. Les pouvoirs locaux n'ont pas été respectés et sont les dupes de l'arrangement péniblement trouvé. Le péril pour les finances locales n'a jamais été aussi grand.

Les municipalistes wallons trouvent la pilule amère, l'accord imbuvable, et fustigent le total manque de respect des autres niveaux de pouvoir à leur égard. Est-ce ainsi que l'on récompense un geste solidaire posé en confiance? La trahison est-elle un juste retour par rapport à un élan loyal consenti dans un contexte de crise aigüe et de sauvetage?

Faut-il rappeler que, pour répondre à l'appel pressant de l'Etat et des régions à recapitaliser le Holding communal en 2009, les pouvoirs locaux ont investi 250 millions € (90 millions pour les 215 communes wallonnes impliquées sur les 262), certaines recourant à l'emprunt pour couvrir l'opération?

Où est la responsabilité de l'Etat fédéral, qui part avec la bonne partie de la banque pour récréer un nouveau crédit fédéral de Belgique? Il parait que la banque cherche un nom, il est tout trouvé! Avoir poussé les communes à recapitaliser le Holding communal, puis dépouiller celui-ci de sa branche viable, la seule qui pouvait faire remonter l'action: c'est tout simplement spolier les actionnaires! C'est voler dans la poche des communes… et dans celle du contribuable!

Les villes et communes exigent une réparation du Fédéral, qui fait main basse, à bon compte, sur ce que les communes belges ont créé jadis. Elles réclament en outre que l'Etat cesse, enfin, de reporter les charges qu'il ne peut ou ne veut assumer sur le dos des communes  et paie sa part des compétences qui sont les siennes! Et qu'on ne vienne pas nous demander, par-dessus le marché, d'encore l'aider à résorber SES déficits publics et SA mauvaise gestion! La solidarité à sens  unique, on a déjà donné!

Perte des dividendes bancaires (vu la disparition du holding communal) et énergétiques (suite à la libéralisation et aux projets tarifaires de la CREG), transferts incessants de charges de la part du Fédéral vers les municipalités (police, services incendie, CPAS), mais sans moyens budgétaires adéquats, sont autant de menaces de plus en plus pressantes et concrètes sur l'avenir du service public local.

A force de rogner, les pouvoirs locaux sont arrivés, non pas à l'os, mais carrément à la moëlle. Il n'y a plus de planche de salut. Les villes et communes tirent désormais leurs moyens de la seule fiscalité locale, conjuguée aux apports de la Région et ceux du Fédéral, de plus en plus hypothétiques.

Si l'on veut éviter la faillite des communes, il est dès lors urgent d'agir pour recréer un financement pérenne et structuré des pouvoirs locaux de ce pays. Du Fédéral, nous réclamons équité budgétaire, responsabilité et solidarité. De la Wallonie, nous attendons des moyens structurels, notamment au niveau du Fonds des Communes, et une nouvelle paix fiscale assurant la juste contribution de TOUS ceux qui bénéficient du service public local.

Renseignements: Michèle Boverie

Facebook Twitter Google Plus Linkedin
 
Ce document, imprimé le 30-05-2017, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/plan-du-site/disclaimer.cfm
© Union des Villes et Communes de Wallonie asbl
Contact  | Liens utiles  |  Vie privée & cookies  |     ©   2017 Union des Villes et Communes de Wallonie asbl