Services postaux: l’Union réaffirme la nécessité du maintien du service public

Actualité du 21 Février 2008

   ImprimerImprimer   

La libéralisation complète des services postaux à l'horizon 2011, décidée par le Parlement européen, fait peser un certain nombre d'inquiétudes quant au maintien de services à destination du citoyen. Ces inquiétudes sont confirmées par le plan stratégique 2008-2012 de la Poste, qui mettra en péril des pans entiers des services publics devant être fournis à la population.

Ainsi, la suppression progressive du nombre de bureaux de poste, le remplacement de certains d'entre eux par des points poste dans des commerces, parfois de manière déphasée, ou la suppression de certaines boîtes postales réduisent l'accès des citoyens aux services postaux ou à certains d'entre eux. Le maintien d'un bureau de poste au moins par commune ne saurait satisfaire de manière adéquate les besoins de la population.

D'autres facteurs, comme la crainte de voir certains secteurs favorisés, au détriment des segments résidentiels, ne trouvent par ailleurs pas d'échos dans les déclarations de l'Administrateur délégué, Monsieur Thijs. A ce titre, le maintien de tarifs spécifiques pour l'accomplissement de missions de services publics par les administrations communales (imprimés électoraux, toutes-boîtes communaux, …) doit être garanti.

Enfin, la fonction sociale et sociétale dont est investi le personnel de la Poste doit pouvoir être maintenue, et singulièrement en zone rurale, ou le passage quotidien du facteur ne peut être remis en question.

L'Union des Villes et Communes de Wallonie, certaine que la libéralisation du secteur postal doit représenter une opportunité de modernisation d'une des plus grandes entreprises de Belgique et une possibilité d'amélioration du service au citoyen, s'oppose fermement à toute atteinte aux services aux citoyens, et singulièrement en milieu rural.

L'Union, en la personne de son Président Paul Furlan, vient donc d'adresser un courrier à la ministre de la Fonction publique et des Entreprises publiques, Inge Vervotte, pour dénoncer la logique du contrat de gestion de La Poste.

L'Union souhaite, à ce titre, que le cadre légal et le contrat de gestion conclu entre l'Etat et la Poste prennent en considération les besoins des citoyens des villes et communes wallonnes. Les questions d'accessibilité à l'ensemble des services postaux doivent être prises en considération dans la définition du rôle de la Poste dans notre société.

L'Union prie donc instamment la Ministre de tenir compte de la nécessité de garantir le maintien du service public en matière postale, et singulièrement en zone rurale, et de redéfinir, dans un environnement libéralisé, les missions de service public qui s'imposent aux opérateurs postaux.

Renseignements: Tom De Schutter

Articles connexes
Défense du service public
Mise à disposition d'un modèle de cahier des charges de services postaux
Libéralisation des services postaux et marchés publics: publication de la circulaire de la Chancellerie du Premier Ministre
Libéralisation des services postaux et marchés publics… suite et pas fin
Libéralisation des services postaux et marchés publics
Libéralisation du secteur postal: l’Union pour un relèvement des conditions de couverture
Contrat de gestion de La Poste: l’Union interpelle à nouveau le Ministre
Facebook Twitter Google Plus Linkedin
 
Ce document, imprimé le 24-10-2017, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/plan-du-site/disclaimer.cfm
© Union des Villes et Communes de Wallonie asbl
Contact  | Liens utiles  |  Vie privée & cookies  |     ©   2017 Union des Villes et Communes de Wallonie asbl