Police : l’Union auditionnée par le parlement pose le constat des importantes lacunes de la réforme des polices

Actualité du 3 Novembre 2009

   ImprimerImprimer   

Le 28 octobre dernier, Jacques Gobert, Président de l’Union, a enfin eu l’occasion d’exposer au législateur fédéral, en réunion commune des Commissions de l’Intérieur de la Chambre et du Sénat, la position de notre association quant à l’évaluation des 10 ans de la réforme des polices, et le constat exposé devant les parlementaires était loin d’être idyllique.

Certes, la réforme a amené un certain nombre d’éléments positifs au travail et à l’organisation policière intégrée, mais ces améliorations ont avant tout profité aux instances fédérales et aux parquets. Les autorités communales et zonales, elles, se retrouvent avec une police beaucoup plus chère et plus lourde, tandis que l’un des objectifs premiers de la réforme, à savoir le travail de quartier et la police de proximité, reste le parent pauvre de la structure.

Ainsi, les avancées de la réforme risquent fort de se réduire à peau de chagrin, si des adaptations majeures ne sont pas entreprises à court et moyen terme, prioritairement dans les domaines suivants :

  • Les normes fédérales de financement des zones de police doivent être revues. Alors qu’on nous l’annonçait neutre budgétairement pour les communes,  la réforme plonge chaque année un peu plus les budgets zonaux dans le rouge ! ;
  • La revalorisation du travail de quartier auprès des policiers, et développement accru de la police de proximité sont à améliorer. Rappelons que cet objectif était prioritaire, et il doit le rester ;
  • Les tâches administratives et la bureaucratie qui pèsent sur les zones doivent être réduites de manière drastique;
  • Le statut « mammouth » et son approche « multi-primes » doivent évoluer vers une approche barémique axée sur le traitement fonctionnel. Il reste par ailleurs inadmissible que les négociations syndicales, touchant au statut des policiers locaux, continuent à être menées seules par le gouvernement fédéral, qui n’en paie pas les conséquences;
  • La formation, tant de base que continuée, doit être sensiblement améliorée ;
  • L’informatique et la télématique intégrée doivent être rationnalisées et optimisées.

Il incombe, dans les prochains mois, au travail parlementaire d’analyser en détail les causes et les effets de ces problèmes fondamentaux, et de s’atteler sans tarder à une « réforme de la réforme »…

Les documents distribués aux députés et sénateurs sont joints au présent résumé.

Renseignements: John Robert

Facebook Twitter Google Plus Linkedin
 
Ce document, imprimé le 19-09-2020, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/plan-du-site/disclaimer.cfm
© Union des Villes et Communes de Wallonie asbl
Contact  | Liens utiles  |  Données personnelles & cookies  |     ©   2020 Union des Villes et Communes de Wallonie asbl