Gestion centre-ville: un temps où les villes chantent

Arlon: "Nos façades ne doivent pas servir de présentoirs aux marques"

Décembre 2004
Retour au sommaire du dossier Retour au sommaire       ImprimerImprimer   

A Arlon, la gestion de centre-ville est une affaire quotidienne. L'asbl Gestion Centre-ville y veille à chaque instant. Derrière elle, une équipe étoffée, structurée, et un échevin prolixe en charge, notamment, de l'urbanisme, de la mobilité, du commerce et du tourisme, Henri Bosseler. C'est celui-ci que nous avons rencontré dernièrement, alors qu'Arlon troquait petit à petit ses enseignes.

- M.C.: La réalité quotidienne "centre-ville" à Arlon, cela signifie quoi?

- Henri Bosseler: La Cellule de Gestion centre-ville est la résultante d'un partenariat entre la ville et l'association des commerçants. Elle vit de l'argent de la Région wallonne et d'un gros subside de la commune, avec l'intervention de l'association des commerçants. Question personnel: outre la Directrice, Francine Walhain, et son adjointe, sept ouvriers rendent quotidiennement des services appréciables en matière de propreté. Il y a aussi deux employés administratifs dans l'équipe. Ce qui est intéressant, surtout, c'est la synergie qui existe entre les services communaux et la Cellule qui travaille dans les mêmes bâtiments, gracieusement prêtés par la commune, comme toute la logistique. Notre rôle, c'est de veiller à ce que le centre-ville ne devienne pas un centre administratif mort, voire dangereux le soir. Cela englobe de nombreuses questions, commerciales, ludiques, culturelles, en passant par la qualité du mobilier urbain, l'accessibilité, le logement, la sécurité…

- Vous avez donc reçu, cette année, un coup de cœur décerné par l'AMCV?

- En fait, nous avons été nominés trois fois et nous n'avons reçu aucun coup de cœur particulier, contrairement à l'année précédente. Mais, par contre, le jury composé par l'AMCV nous a attribué un coup de cœur pour l'ensemble de nos activités. On n'en est pas peu fier.

- L'ensemble de vos activités, cela correspond à quoi?

- Pas mal de choses, et notamment le marketing et la promotion. Ainsi, nous participons au Mapic (voir encadré) et nous sommes très fiers du travail que nous effectuons là-bas. Depuis 2002, Arlon y possède son stand. Nous y faisons de la promotion continue, un boulot colossal qui nous permet d'attirer des investisseurs. La cohérence de l'offre commerciale fait également partie de nos activités. Nous savons pertinemment ce que nous voulons pour notre centre-ville: accueillir des commerces de moyenne gamme vers la tranche supérieure. Favoriser tout ce qui est Horeca, aussi. Nous devons donc veiller à une certaine cohérence et conseiller le commerçant qui désire s'installer chez nous. Ce qu'on veut éviter à tout prix, c'est l'implantation sauvage, sans discernement. Nous avons, notamment, dressé un état du tissu commercial à Arlon afin d'y étudier l'évolution commerciale. Cela nous a aussi permis de constituer un annuaire des commerces implantés à Arlon. C'est l'asbl qui a fait tout le travail de collecte d'informations.

- Vous avez évoqué une équipe chargée de la propreté en ville. Cela veut dire que l'environnement est l'un de vos chevaux de bataille?

- L'entretien et la propreté du centre-ville, c'est, en effet, quelque chose qui nous tient à cœur et nos sept ouvriers Rosetta sont très précieux dans ce domaine. Je pense pouvoir dire que nous vivons dans une des villes les plus propres de Belgique. Mais l'équipe propreté rend également de nombreux services à la population: ils dégagent les passages pour piétons en hiver, ils aident les personnes âgées. Ils font également du nettoyage de mobilier public. En ce sens, ils ont également un rôle social à jouer.

- Je suppose que l'asbl est également active dans d'autres domaines?

- Il me faudrait quelques heures pour tout évoquer. Mais il est vrai que je veille à ce que l'asbl soit présente chaque fois qu'une décision communale implique la gestion du centre-ville. Les gestionnaires du centre-ville ont été, par exemple, à la base d'un welcome-pack, sachet de bienvenue pour les nouveaux arrivants. Dans nos rues piétonnes, on a placé quatre grenouilles, œuvres d'un artiste du cru, pour permettre aux enfants de jouer. On attire ainsi les enfants en ville et donc les parents vers nos commerces. En matière de mobilier urbain, nous sommes également particulièrement attentifs à ce que nous proposons.

- On sait également qu'Arlon a particulièrement été attentive aux enseignes des commerces du centre-ville.

- C'est vrai. Nous avons mis en place un règlement, avec le collège, sur les enseignes en ville. La philosophie de ce règlement, c'est que nos façades ne servent pas de présentoirs aux marques, à la californienne. D'ici la fin de l'année, toutes les enseignes verticales de marques seront enlevées. Cela comprend les marques de bières, mais également les groupes de presse pour les librairies. Un seule règle doit animer les commerçants: nos enseignes doivent indiquer le nom de l'établissement et ce qu'on y vend, point. Le projet a fait l'objet d'un vote unanime au conseil communal, d'une enquête publique sans réclamation et d'un avis favorable de la Crat. Ceux-ci voulaient même étendre la décision au monde scolaire et administratif. Mais surtout, on s'est engagé à inciter les commerçants, plutôt que de les contraindre. Il faut, pour cela, les conscientiser mais ce n'est pas toujours facile.

- Et en matière de mobilité?

- Un plan de mobilité a aussi été rédigé pour le centre-ville. Dans un futur proche, tous les parkings qui appartiendront à la ville seront gérés par l'asbl Centre-ville. C'est très appréciable, car cela permettra de pérenniser le travail de l'asbl. C'est important parce que le parking est le premier lieu d'accueil des visiteurs et cela nous concerne au plus haut point. Pour les autres parkings, ceux qui sont actuellement gérés par des sociétés privées, on a négocié des parkings gratuits de dix minutes sous forme d'un disque à placer devant le pare-brise. Cela n'a pas été sans mal, mais le résultat est satisfaisant. Nos disques se sont arrachés comme des petits pains.


Facebook Twitter Google Plus Linkedin
 
Ce document, imprimé le 19-09-2018, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/plan-du-site/disclaimer.cfm
© Union des Villes et Communes de Wallonie asbl
Contact  | Liens utiles  |  Données personnelles & cookies  |     ©   2018 Union des Villes et Communes de Wallonie asbl