Retour à  la page d'accueil de l'espace CPAS/Fédération des CPAS

FAIR Wallonie-Bruxelles

Novembre 2009
   ImprimerImprimer   

Forum pour d'Autres Indicateurs de Richesse, FAIR est un collectif regroupant des personnes qui réfléchissent aux meilleurs indicateurs de bien-être de la société.

FAIR Wallonie-Bruxelles est né en juin 2009 (en concertation avec FAIR France) pour ouvrir les frontières à la réflexion entamée en France et offrir une vision renouvelée de la richesse, du bien-être et du développement humain durable.

FAIR France est né début 2008 suite à la mise sur pied par le Président Sarkozy d'une commission (appelée Commission Stiglitz) dont l'objectif est d'analyser la mesure des performances économiques, et plus particulièrement le PIB.
Cette commission d'experts (essentiellement des économistes, dont 5 Nobels) est une avancée certaine, mais nous estimons néanmoins qu'on ne peut laisser des experts décider seuls des indicateurs de référence pour notre société.
En effet, pour nous, le débat n'est pas qu'une affaire d'experts. La société civile doit être appelée à se prononcer.

"C'est en redonnant sens aux échanges non économiques et "à ce qui compte le plus" pour nous que nous serons en capacité de redéfinir la notion de richesse, de refonder les règles du partage, les supports d'échanges, mais aussi les modalités de compte, ou encore les systèmes de redistribution appropriés, que nous serons en mesure de redonner sa juste place -et non pas toute la place- à l'économie", dit FAIR France.

L'ambition de FAIR est de permettre de changer le regard sur les grands problèmes sociaux, environnementaux et démocratiques qui se posent aujourd'hui.

Objectifs de FAIR W-B

Tout comme FAIR France, nos objectifs sont de 3 ordres:

  1. L'éthique. La raison de la recherche d'autres indicateurs tient à la volonté d'expliciter des fins qui sont hors d'atteinte si l'on s'en remet seulement aux valeurs actuelles accordant une priorité à l'économie marchande et monétaire. Ainsi, il convient de prendre en considération la santé sociale et environnementale et le développement humain durable.
  2. Le politique. Nous pensons que l'on ne peut pas confier à des groupes d'experts, dont les contributions sont évidemment utiles, le soin de dire quelles sont les fins à considérer et comment les prendre en compte. La participation de la société, la délibération politique sont indispensables pour dire et sélectionner les fins que l'on vise, et pour pondérer les critères d'évaluation qui leur correspondent.
  3. Tirer leçon, en les mutualisant, des expériences existantes, des initiatives en cours, c'est-à-dire avoir une démarche qui parte des expériences de "terrain" sur des champs divers. Nous sommes rassemblés aussi parce que nous avons des expériences à partager de construction d'indicateurs.

Projet et pistes d’actions

Notre projet

L’objectif final est repris de la Charte de FAIR. 

De la société du "beaucoup avoir" pour quelques-uns à une société de bien-être durable pour tous. [1]

Les déséquilibres environnementaux (20 % de la population mondiale utilisent 80 % des ressources naturelles, certaines régions du monde risquent d’être privées définitivement de certaines ressources communes de base (sol sain, eau, air respirable …), les déséquilibres sociaux et économiques (la pauvreté extrême perdure au cœur d’une société d’abondance) sont aujourd’hui tels que considérer le "bien-être de tous" comme axe central d’un nouveau projet sociétal (et donc de la notion de progrès) ne relève plus tant d’un seul retour aux visions humanistes que d’une impérieuse nécessité au bénéfice de la survie de tous.

La stratégie consiste à modifier notre système de référence.

En effet, "les outils d’analyse utilisés par les décideurs politiques et économiques, ou encore le traitement statistique et médiatique du "progrès" continuent de se référer très directement au système de pensée antérieur, dans lequel l’économique et le financier prédominent". Ainsi, l’analyse du bien-être collectif repose encore sur la façon dont nous dépensons et sa mesure s’effectue toujours à l’aune de nos volumes de productions et d’achats (choisis et contraints). Or la croissance du PIB, censée donner des nouvelles de la santé collective des pays et des territoires, ne reflète ni la richesse économique, ni la progression de la santé sociale et des relations humaines, ni celle de la préservation des ressources naturelles.

La stratégie consistera à poursuivre la réflexion collective afin de proposer une "mesure au service d’une vision multidimensionnelle du progrès ("le bien-être pour tous, sur une planète préservée") et faisant l’objet d’un débat démocratique continu (pour leur élaboration et leur suivi)".
Les objectifs opérationnels sont définis comme suit:

  1. Mise en réseau
    Mettre en lien les nombreux acteurs, réseaux et institutions qui adhèrent à la nécessité de modifier l’approche de la richesse, du bien-être et du progrès et qui y œuvrent déjà par leurs travaux, prises de position, mises en débat.
  2. Débat – confrontation d’idées
    Débattre sur de nouveaux outils permettant le développement d’un système renouvelé de décision démocratique.
  3. Elaboration d’outils
    S’associer activement, et dans une vision de cohérence internationale, à l’élaboration et à l’expérimentation d’indicateurs de richesse aux échelles nationale, régionale et  locale.
  4. Diffusion

Mener une action citoyenne large pour soutenir et amplifier ces initiatives et pour contribuer au débat public dans la durée.

Pistes d’actions proposées :

  1. Identifier les travaux en cours et les données actuellement disponibles.
  2. Identifier les travaux non réalisés chez nous et qui nous semblent les plus intéressants à réaliser et agir pour les faire connaître et les faire réaliser pour la Wallonie et Bruxelles.   
  3. Inviter des personnes ou centres de recherche à exposer leurs travaux (dans le cadre de séminaires, conférences, …).
  4. Organiser annuellement un forum.
  5. Communiquer et diffuser la réflexion.
  6. Interpeller les acteurs politiques, économiques, scientifiques, sociaux, … et susciter la participation des citoyens au débat.
  7. Structurer nos relations avec d’autres partenaires au niveau international, dont FAIR.

-------

  1. [Remonter]    Les passages en italique sont extraits du Manifeste de FAIR (Forum pour d’autres indicateurs de richesse – décembre 2008), téléchargeable sur le site de l’UVCW : http://www.uvcw.be/espaces/cpas/729.cfm .

Facebook Twitter Google Plus Linkedin
 
Ce document, imprimé le 24-11-2017, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/plan-du-site/disclaimer.cfm
© Union des Villes et Communes de Wallonie asbl
Contact  | Liens utiles  |  Vie privée & cookies  |     ©   2017 Union des Villes et Communes de Wallonie asbl