RGPD - Focus sur le principe de licéité

Quand le traitement de données à caractère personnel envisagé est-il licite?

Marie-Laure Van Rillaer - Avril 2019
   ImprimerImprimer   

L'auteur

Marie-Laure Van Rillaer Marie-Laure Van Rillaer

Conseiller à l'Union des Villes et Communes de Wallonie

Quelques mois après la mise en application du désormais célèbre RGPD, les pouvoirs locaux ont entrepris leurs démarches de mise en conformité et revu celles déjà précédemment mises en place. De la désignation d’un délégué à la protection des données, désormais obligatoire pour les autorités publiques, à l’adoption de chartes relatives à la protection de la vie privée, en passant par l’établissement d’un registre des activités de traitements, les pouvoirs locaux oeuvrent pour la protection des données à caractère personnel et sont souvent amenés à revoir leurs manières de travailler mais aussi à se poser de nombreuses questions auxquelles notre association notamment tente d’apporter réponse. Cet article constitue l’occasion de se pencher sur une question récurrente en tentant d’ébaucher une méthodologie de réponse : le traitement de données à caractère personnel envisagé est-il licite ? En termes moins juridiques, mon administration a-t-elle le droit (voire l’obligation) de transmettre telles données à caractère personnel à telle personne ?

Téléchargez l'intégralité de l'article au format PDF


Facebook Twitter Google Plus Linkedin
 
Ce document, imprimé le 25-04-2019, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/plan-du-site/disclaimer.cfm
© Union des Villes et Communes de Wallonie asbl
Contact  | Liens utiles  |  Données personnelles & cookies  |     ©   2019 Union des Villes et Communes de Wallonie asbl