Retour à  la page d'accueil de l'espace CPAS/Fédération des CPAS

Les actions de la Fédération des CPAS

Evolution des prix en maison de repos en Wallonie - 1998-2018

23/10/2019

Au cours des 5 dernières années, la hausse nominale de prix a été de 26,4 % en moyenne et atteint même 32,1 % dans le secteur privé. C’est nettement plus que l’inflation (8 %) pour la même période. La comparaison des chiffres de croissance montre une nette accélération de la croissance des prix.

La majorité des coûts d’une maison de repos sont composés des frais de personnel. Ceux-ci augmentent automatiquement avec l’indice santé sauf cas de saut d’index. Par ailleurs, les allocations sociales et notamment les pensions sont indexées. Une hausse du prix des maisons de repos qui suit l’indice santé est donc compréhensible en terme de structure de coût et n’implique pas un « appauvrissement » relatif des résidants.

La croissance réelle cumulée a été de 17 % au cours des 5 dernières années alors qu’elle ne fut que de respectivement 3,5 %, 0,7 % et -2,2 % au cours des 3 quinquennats précédents. Si pendant 15 ans, les prix en maison de repos ont progressé de façon proche de l’inflation, ce n’est plus le cas au cours des cinq dernières années.

Le phénomène est moins marqué en secteur public où la croissance réelle cumulée a été de 11,2 % au cours des 5 dernières années alors qu’elle ne fut que de respectivement -0,1 %, 0,2 % et -3,2 % au cours des 3 quinquennats précédents. Les hausses sont plus prononcées en Brabant wallon et moindres dans le Hainaut.

Parmi les facteurs explicatifs de cette accélération peuvent être cités :

-    la hausse des prix de l’immobilier et du foncier ;

-    un rattrapage par rapport à la baisse des prix en terme réel de 1998 à 2003 ;

-    le renforcement des normes architecturales ;

-    un niveau d’équipement plus élevé ;

-    la montée en puissance des grands groupes vraisemblablement catalysée par la faiblesse des taux d’intérêt et la dissociation de la propriété et de la gestion;

-    une forme de rush lié à la défédéralisation complète de la régulation des prix.

Ce phénomène constitue un défi pour l’accessibilité des maisons de repos et pourrait poser problème pour les finances locales via l’aide sociale octroyée aux résidants qui ne savent pas faire face à leur facture. Il existe différentes pistes pour y répondre :

-    développer en suffisance des services à domicile ;

-    amplifier les formules d’accueil alternatif ;

-    relever les pensions minimales ;

-    améliorer de façon graduelle l’APA ;

-    prévoir avec financement une ristourne générale sur la facture au résidant ;

-    soutenir l’essor de maisons de repos publiques et moins onéreuses.

 

A défaut d’une réponse appropriée, la maison de repos pourrait devenir un produit de luxe pour les plus précaires.

Renseignements: Jean-Marc Rombeaux

 
Ce document, imprimé le 21-09-2020, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/plan-du-site/disclaimer.cfm
© Union des Villes et Communes de Wallonie asbl
Contact  | Liens utiles  |  Données personnelles & cookies  |     ©   2020 Union des Villes et Communes de Wallonie asbl