Ce document, imprimé le 04-03-2024, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite
Mis en ligne le 11 Octobre 2022

Le Vade-Mecum secteur tertiaire, publié en 2020 par le SPW Energie[1], indique que les actions de sensibilisation des utilisateurs des bâtiments à l’utilisation rationnelle de l’énergie peuvent avoir à elles seules un impact sensible sur la consommation d’énergie (on parle de 6 à 15 % environ de réduction de la consommation). Idéalement, une telle campagne de sensibilisation vient en aval de la réalisation d’une série de mesures techniques permettant déjà de diminuer les consommations (régulation, mise en place d’un éclairage économe, …) qui inscrit la politique de l’institution dans les économies d’énergie et induit une cohérence entre les investissements techniques consentis et l’implication demandée aux occupants.

A titre d’exemples, il est possible d’évaluer les économies potentielles réalisables grâce au comportement vertueux des utilisateurs en se basant sur les caractéristiques techniques moyennes des équipements d’un bureau.

 

L’éclairage des bureaux

  • L’éclairage des bureaux équipés de tubes néons: pour un bureau d’environ 30 m² encore équipé de tubes néons T8 120 cm, l’éclairage est réalisé par 8 néons de 36 W (tubes T8 de 120 cm) et répond aux exigences d’éclairement du Code du Bien-être au Travail. La puissance installée des tubes est donc de 288 W. Pour un éclairage 9 h par jour, de 8h à 17h, la consommation journalière s’élève à 2,592 kWh. Le coût journalier de la consommation électrique de l’éclairage de ce bureau s’élève à 1,04 € (sur base de 0,40 €/kWh) ou encore de 22,81 € par mois (22 jours ouvrables). En éteignant, l’éclairage 1h30 par jour durant les pauses (midi et autres), l’économie est de 17 %, c’est-à-dire 3,80 € par mois et par bureau.
  • L’éclairage des bureaux équipés de tubes led : si dans le cas du bureau de l’exemple ci-dessus, l’éclairage a été modernisé et équipé de tubes led, la puissance installée est d’environ 120 W (l’économie intrinsèque à la technologie d’éclairage est de plus de 58 %). Le coût de la consommation d’éclairage est de 0,43 € par jour et de 9,5 € par mois. En éteignant, l’éclairage 1h30 par jour durant les pauses (midi et autres), l’économie est de 17 %, c’est-à-dire 1,58 € par mois et par bureau.

 

Le matériel de bureautique

Dans les bâtiments administratifs, le matériel informatique représente une part non négligeable de la consommation annuelle électrique.

Selon une étude de l’ADEME[2], la consommation électrique des équipements informatiques représente une part très variable de la consommation électrique totale des bâtiments, allant de 2 % à plus de 58 % selon l’activité exercée. D’une manière générale, les parts les plus élevées se trouvent dans le secteur tertiaire (entreprises de services, administrations, collectivités) avec une moyenne d’environ 25 % de la facture électrique.

1. Les ordinateurs

La consommation des ordinateurs varie selon le type d’appareil (portable ou fixe) et selon qu’ils soient en mode actif, en mode attente (cf. en veille) ou en mode arrêt (où certains éléments restent sous tension si l’alimentation électrique n’est pas complètement coupée !) :

Type d’ordinateur

Puissance moyenne [W] (source : Energy Star)

Mode actif

Mode attente

Mode arrêt

PC portable

15

4

4

PC portable économique

25

11

7

PC portable grand format

35

15

7

Petit serveur

60

15

2

PC économique

100

20

10

PC multimédia

120

20

10

Station de travail

200

40

15

Source : Évaluer la consommation des ordinateurs - Energie+ [3]

Sur base de ces données, la consommation d’un PC portable économique varie :

  • de 48 kWh/an s’il est uniquement utilisé en mode actif pendant 8h/jour, 5 jours/semaine, 48 semaines/an,
  • à 218 kWh/an s’il reste en mode actif pendant 24h/24, 7j/7 pendant toute l’année.

On note comme valeurs intermédiaires une consommation de 137 kWh/an si l’ordinateur reste en veille en dehors des heures de bureau et une consommation de 113 kWh/an s’il est à l’arrêt en dehors de heures de bureau (si l’alimentation électrique n’est pas totalement coupée).

Si un écran type LCD est utilisé en complément du PC portable, la consommation supplémentaire varie entre 67 kWh/an (uniquement en mode actif 8h/j) et 305 kWh/an s’il reste en mode actif pendant 24h/24, 7j/7 pendant toute l’année (131 kWh/an s’il est en mode veille ou à l’arrêt en dehors de heures de bureau).

La consommation d’un PC fixe multimédia varie quant à elle :

  • de 192 kWh/an s’il est uniquement utilisé en mode actif pendant 8h/jour, 5 jours/semaine, 48 semaines/an,
  • à 873 kWh/an s’il reste en mode actif pendant 24h/24, 7j/7 pendant toute l’année.

On note comme valeurs intermédiaires une consommation de 407 kWh/an si l’ordinateur reste en veille en dehors des heures de bureau et une consommation de 349 kWh/an s’il est à l’arrêt en dehors de heures de bureau (si l’alimentation électrique n’est pas totalement coupée).

A titre d’exemple, au sein d’un administration qui comporterait 30 postes de travail, si l’on considère qu’1/3 sont des PC portables avec écran supplémentaire et 2/3 des PC fixes, les différents comportements d’utilisation mèneraient aux consommations annuelles suivantes :

 

 

Mode actif 8h/J
5 jours semaine

 

Mode actif en continu

Mode veille en dehors de heures de bureau

Mode arrêt en dehors de heures de bureau

10 PC portables + écrans

1150 kWh

5230 kWh

2670 kWh

2440 kWh

20 PC multimédia

3840 kWh

17460 kWh

8140 kWh

6980 kWh

Total pour 30 postes de travail

4990 kWh

22690 kWh

10810 kWh

9420 kWh

 

On constate qu’entre la situation la plus économe en énergie (cf. mode actif durant 8h/jour et alimentation électrique totalement coupée en dehors) et la situation la plus énergivore (cf. le mode actif en continu), la consommation augmente de 453% !

Par ailleurs, le mode arrêt en dehors de heures de bureau sans totalement couper l’alimentation électrique double quasi la consommation par rapport à la situation la plus économe, alors que maintenir les appareils allumés durant l’heure de midi génère 12% de surconsommation par rapport à la situation la moins énergivore !

Pour un kwh à 0,40 €, la consommation annuelle de 30 postes de travail représente un coût qui varie de 1996,00 € à 9076,00 €.

  • Sur base de ces données, l’économie pour une commune avec 30 postes de travail totalement déconnectés en dehors de heures de bureau plutôt qu’en mode actif continu (= 1920 heures de bureau sur 8760 heures que compte une année) est de 78 % soit de 17000 kWh. A 0,40 € par kWh, l’économie financière est estimée à 7080,00 € par an.
  • Pour une commune avec 30 postes de travail totalement déconnectés en dehors de heures de bureau plutôt qu’en mode veille, l’économie est de 54 % soit de 5820 kWh. A 0,40 € par kWh, l’économie financière est estimée à 2328,00 € par an.

 

2. Autre matériel de bureau

Outre les ordinateurs, les bâtiments administratifs comportent d’autres appareils énergivores tels que les imprimantes, les copieurs, les téléphone IP, les disques durs externes, les vidéoprojecteurs, les serveurs, les switches et routeurs, …

Certains appareils, tels que les switches et les serveurs, ne sont généralement jamais arrêtés mais il est intéressant de veiller à ce qu’ils soient adaptés aux besoins et à ce qu’ils puissent basculer en mode veille lorsqu’ils ne sont pas sollicités.

D’autres appareils tels que les imprimantes, les copieurs, … ont des consommations qui diffèrent également selon leur mode d’utilisation (actif, veille ou arrêt non déconnecté) dans des proportions équivalentes à celles des ordinateurs (cf. point ci-dessus). Il est dès lors possible de réduire leurs consommations d’énergie en les déconnectant totalement en dehors des heures de bureau ce qui engendre des économies significatives sans pour autant modifier son environnement de travail.

 

Les bonnes pratiques

L’UVCW a publié une bonne pratique en matière d’implication des occupants dans l’utilisation rationnelle de l’énergie, celle-ci relatant 3 expériences (une pause de midi raccourcie source d’économies d’énergie, l’implication des techniciennes de surface pour identifier les dysfonctionnements énergétiques, les répondants de bâtiments comme personne relais en vue d’améliorer la gestion quotidienne liée notamment à l’utilisation rationnelle de l’énergie) : Le personnel, un maillon important de la gestion énergétique 

 

Des acteurs de l'énergie au niveau communal

Concernant les différents acteurs, leurs missions en matière d’énergie sont les suivantes :

  • Le conseiller en énergie : ses missions sont définies dans la charte de la commune énerg-éthique et englobent le suivi énergétique des bâtiments communaux, la sensibilisation du personnel communal et des citoyens à la maîtrise énergétique, le respect du contrôle de la PEB dans les demandes de permis d’urbanisme.
  • L’écopasseur : conseiller hybride entre le conseiller en énergie et le conseiller logement, il partage des missions communes aux deux, certaines étant fixées par le pouvoir subsidiant (la Région) comme l’information aux citoyens sur les dispositifs de primes et d’autres étant laissées au choix des communes dans une liste de tâches définies par la Région. 
  • Le responsable énergie : sa mission est focalisée sur la gestion énergétique des bâtiments communaux.
  • Le répondant de bâtiment : il joue un rôle de relais au sein du bâtiment pour communiquer les anomalies observées au quotidien en lien avec l’énergie au service technique de la commune.

[1] Cette publication peut être téléchargée sur le Portail de l’Energie en Wallonie, à la page : https://energie.wallonie.be/fr/comment-maitriser-les-consommations-d-energie-des-batiments-non-residentiels.html?IDC=7526&IDD=11803

[2] Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (France) : https://normandie.ademe.fr/sites/default/files/chiffres-cles-consommation-energetique-equipements-informatiques.pdf

 

[3] Energie+ est un outil d’aide à la décision en efficacité énergétique des bâtiments tertiaires : https://energieplus-lesite.be/

Annonces publicitaires - Vous souhaitez annoncer?
Voir le catalogue complet

Date de mise en ligne
11 Octobre 2022

Type de contenu

Q/R

Matière(s)

Energie
Activez les notifications

Soyez notifié de toutes les nouveautés dans la matière Energie