Ce document, imprimé le 25-05-2024, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite
Mis en ligne le 27 Février 2024

La grippe aviaire est une maladie causée par un virus « Influenza A. » infectant les oiseaux domestiques et sauvages. Le virus se transmet par les aérosols respiratoires, le contact avec les matières fécales et les fluides corporels. Toutefois, bien que rare, la transmission aux mammifères n’est pas exclue d’où les règles de précaution à respecter lorsqu’il s’agit du ramassage de carcasses d’oiseaux ou de mammifères.

Le taux de mortalité de la grippe aviaire est très élevé ce qui entraîne un risque important tant pour la filière avicole, la santé des oiseaux sauvages mais aussi plus largement pour la biodiversité des écosystèmes.

Différentes actions sont à entreprendre à la suite de la découverte d’oiseaux sauvages morts afin d’éviter la multiplication de foyers de propagation de ce virus et veiller à la gestion du risque de salubrité publique posé par ces carcasses.

Mesures générales de précaution

Afin d’éviter d’être contaminé par des agents pathogènes, le ramassage d’une carcasse d’oiseau ou d’un autre animal sauvage se fait toujours en respectant les mesures de précaution et d’hygiène suivantes :

  • Il est recommandé aux personnes dont l’immunité est réduite de ne pas manipuler les oiseaux malades ou morts.
  • Toujours porter des gants (jetables ou lavables) et les lunettes sont conseillées.
  • Toujours porter un masque buccal FFP2.
  • Se laver les mains, les avant-bras et les ongles avec du savon ou du désinfectant (gel hydroalcoolique) après chaque manipulation et certainement avant de manipuler des aliments.
  • Laver les survêtements, les gants et désinfecter les bottes et les semelles des chaussures après chaque manipulation.
  • Les personnes qui se sentiraient malades après un contact à haut risque (bâtiment fermé, contact prolongé et grand nombre d’animaux morts) doivent contacter rapidement leur médecin généraliste.

Qui fait quoi ?

Le citoyen

Un citoyen trouve un oiseau malade ou blessé :

  • Le citoyen contacte au plus vite le Centre de Revalidation des Espèces Animales Vivant naturellement à l'Etat sauvage (CREAVES) le plus proche afin que l'animal y soit pris en charge. La liste des centres et les conseils se trouvent sur biodiversite.wallonie.be (onglet « Agir », onglet « CREAVES », onglet « Que faire ? »).
  • Les règles de biosécurité et de bien-être animal (onglet « Les bons réflexes ») pour la manipulation d'un oiseau malade ou blessé sont à respecter également.
  • Il faut placer l'oiseau dans une boîte en plastique ou en carton pour le transport jusqu'à un centre CREAVES et la placer dans le coffre de la voiture.
  • Après avoir déposé l'oiseau, il faut désinfecter la boîte en plastique.
  • Un citoyen découvre des oiseaux morts :
  • Le citoyen ne touche les carcasses en aucun cas.
  • Soit il appelle directement le 1718 en français ou le 1719 en allemand en sélectionnant le numéro 2 dans le menu proposé pour joindre SOS Environnement.
  • Soit il encode l'observation sur le site .

SOS Environnement

  • Si la commune n’a pas encore été recensée comme infectée par la grippe aviaire, SOS Environnement contacte le DNF pour qu’il procède à l’enlèvement d’une partie des carcasses nécessaires aux analyses en laboratoire.
  • Si la commune est déjà infectée, le citoyen est redirigé par SOS Environnement vers l’autorité communale qui devra procéder à l’enlèvement des carcasses.
  • Si l’espèce d’oiseau est un rapace, SOS Environnement contacte le DNF.

Les communes

Une commune est avertie de l’existence de carcasses à évacuer[1] :

  • La commune respecte les mesures générales de sécurité reprises ci-dessus notamment le masque FFP2 et les gants.
  • La commune procède à l’enlèvement des carcasses en respectant le modus operandi suivant :
  1.  
    1. Utiliser exclusivement les sacs fournis par Rendac car ils sont constitués d’un matériau compatible avec les procédés de traitement mis en œuvre pour détruire les cadavres. 
    2. Emballer les carcasses dans un sac Rendac fermé. Si la carcasse doit être transportée dans un autre lieu, il faut placer le premier sac dans un second car l’extérieur du premier sac pourrait être contaminé par le virus. Les gants sont jetés dans le deuxième sac.
    3. Placer le sac dans une boîte hermétique dans le coffre de la voiture et si cela n’est pas possible, porter un masque FFP2 pendant le trajet en voiture.
    4. Placer le sac dans un container hermétique (style poubelle avec couvercle) à l’abri des charognards.
    5. Contacter Rendac (service d’équarrissage mandaté) pour l’évacuation des carcasses en respectant la procédure décrite au point suivant.

La société Rendac

La société Rendac fournit aux communes, sur demande anticipative ou pas, les sacs destinés aux oiseaux suspectés d’être morts de la grippe aviaire. Une fois la collecte réalisée, la société Rendac enlève les sacs contenant les carcasses. 

 

[1] Si un grand nombre de carcasses d’oiseaux gibiers, possiblement issus d’un lâcher pour la chasse, se trouve sur un territoire de chasse, la collecte et l’évacuation des carcasses vers Rendac devront être prises en charge par le propriétaire ou le titulaire de droit réel.

 

Voir le catalogue complet

Date de mise en ligne
27 Février 2024

Type de contenu

Matière(s)

Environnement
Activez les notifications

Soyez notifié de toutes les nouveautés dans la matière Environnement